10626833_1528583010704903_1340110009378395245_n

Nicolas Baghir Maslowski est né en France en 1974. Il a choisi pour nom d’artiste Baghir, le prénom de son grand-père russe, mort en 1917. C’est son père, écrivain, arrivé tout jeune en France, qui est à l’origine de sa passion pour la photographie en lui offrant un petit appareil photo. L’enfant, rêveur, se passionne pour l’image et par le prisme de l’objectif s’invente un univers.

 

Son autre passion, c’est la musique, sans doute sous l’influence de sa mère, claveciniste, et de son père, mélomane. Après l’obtention d’une maîtrise de Géographie, au début des années 2000, il passe du temps en Jamaïque, se lie d’amitiés avec plusieurs musiciens et fonde avec un ami le label Makasound/Inna de Yard, rééditant des chefs d’œuvres oubliés et introduisant Winston McAnuff en France. Les photographies de Baghir illustrent bon nombre des couvertures des albums. Le label rejoint un groupe et en 2013, Baghir fait le choix d’abandonner sa carrière dans la musique pour se consacrer pleinement à la photographie et poursuivre son projet artistique personnel.

 

Sa vision prend corps hors série, dans le flux « Pertubations numériques », fruit de quatre ans de recherches et de plus de 15 000 prises de vue. Ses images, tout à fait contemporaines, se réfèrent au mouvement pictorialiste. Il travaille en argentique, utilise des films 35 mm et fait réaliser ses tirages à l’agrandisseur. S’il choisit de ne pas donner de titre à ses tirages mais de leur attribuer une suite de chiffre (PN # 524-431, ou PNC pour les couleurs), c’est pour que ses photographies voilées conservent une part de mystère aux yeux du spectateur, qui se laisse porter dans cet univers poétique où la liberté de la nécessité d’une interprétation ramène à la beauté irréductible de l’image. « L’anonymat des titres renforce la possibilité pour chaque image de se créer sa propre personnalité à travers le regard des yeux généreux qui acceptent de s’y perdre et d’y trouver un instant précieux. »

 

Les images sont avant tout une étude de la beauté picturale, une recherche de la sérénité, un hommage à la peinture et à la photographie qui explorent la terra incognita du monde photographique onirique. « Avec mes perturbations numériques, j’essaye de m’approprier des beautés pour en rendre d’autres. »

 

Il fait ses débuts à la Fat Galerie / Sitor Senghor (Paris 2014) puis chez Swiss Art Space (Lausanne 2015), avant d’intégrer Photo12 Galerie (Paris 2015) qui après une exposition personnelle en décembre 2015, le représente à Photo L.A. 2016 et lors d’Art Paris 2016 où son travail est très remarqué. A l’été 2016 il a exposé à la Galerie Huit à Arles lors des « Rencontres d’Arles » en Juillet, puis à Los Angeles en Août, à Photo Shanghai en Septembre et à Art Elysées du 20 au 24 octobre. Pour clôturer cette année 2016, il expose à partir du 29 novembre à l’Alliance Française de Los Angeles.

Nicolas Baghir Maslowski was born in France in 1974. Baghir, the photographer’s artist name, was the first name of his grandfather, who died in his native Russia during the Bolshevik revolution in 1917. His father, in exile, emigrated to France as a child and eventually became a writer, giving a small camera to his own son Nicholas Baghir when he was 8 years old. As an introverted child captivated by images, Baghir took his camera everywhere, photographing things that came into sight to create a personal photographic universe.

 

His secondary passion was music. After a master of Geography, in the early 2000s he spent time in Jamaica, meeting several musicians who were more or less forgotten and created the label imprint Makasound/Inna de Yard with a friend. They produced and reedited a number of buried masterpieces, eventually popularizing the Jamaican artist Winston McAnuff in France. Many of visuals for the label’s albums were photographed and composed by Baghir. The label took off and eventually became a division of a major company, but in 2013 Baghir took a chance and made the decision to leave his successful career in the music business, return to photography, and fully pursue his artistic vision.

 

The artist realized his vision with his current series Digital perturbations after four years of research and 15,000 photos. His images, quite contemporary, refer to the pictorialist movement in their painterly quality. He works with film and prints on silver gelatin paper, using the traditional process. Named only by number, the blurred photographs retain a sense of mystery in the eyes of the spectator, who often travels far in space and time to a place where freedom from the need for interpretation leads back to the image’s irreducible beauty. The images are above all a study of pictorial beauty, an homage to painting and black & white and color photography that explore the terra incognita of the photographer’s oneiric world.

 

In 2016, his work has been shown at the art fairs Photo L.A., Art Elysees, Art Paris, and Photo Shanghai and garnered him solo exhibitions at Fat Galerie/Sitor Senghor (Paris 2014), Swiss Art Space (Lausanne 2015, and Photo12 Galerie (Paris 2016). He just had his first U.S. solo exhibition in Los Angeles and had a major show at Galerie Huit in Arles this summer. He’ll be exhibited from the 29th of nov. at The French Alliance of Los Angeles.

2016
LOS ANGELES (Alliance Française) du 29/11/16 au 28/02/2017
PARIS (Art Elysée / GP 12) du 21/10/16 au 24/10/16
SHANGHAI (Photo Shanghai Art Fair / GP 12) sept. 2016
LOS ANGELES (Artists’s Corner / Galerie Photo 12) Aout 2016
ARLES (Galerie Huit Arles / Galerie Photo 12) du 02/07/16 au 24/09/16
PARIS Grand Palais (Art Paris Art Fair) avril 2016
LOS ANGELES (Photo L.A / Galerie Photo 12) janvier 2016

 

2015
PARIS (Galerie Photo 12 / Marais) Décembre 2015 & janvier 2016
PARIS Grand Palais (Art Capital) Novembre 2015
PARIS (Fotofever 2015) Novembre 2015
PORTO (Days Are Gallery) Juin/juillet 2015
PARIS (Gallery Kazoart) Avril 2015 – Expositions de 15 œuvres avec deux autres artistes.
LAUSANNE (Swiss Art Space) Janvier 2015 – « Baghir, photographies argentiques ». 28 œuvres présentées.

 

2014
LAUSANNE (Swiss Art Space) Décembre 2014 Six œuvres présentées dans un accrochage collectif
PARIS 6 (Galerie des sans-Galeries, rue Mazarine) Novembre 2014
PARIS 3 (Galerie Lazarew) septembre 2014 Deux œuvres présentées dans un accrochage collectif avec Olivier Catté, Fulcrand, Aharon Gluska, Rafiy, Jacques-Henri Sansoulh, Yuriko Takagi
BRUXELLES (Galerie Lazarew) Juillet 2014 Deux œuvres présentées dans un accrochage collectif
PARIS 3 (Fat Galerie / SItor Senghor) Juin / Juillet 2014 – « Baghir, photographies ? » accrochage de 32 tirages argentiques.